Ressources            Membres

Menno_ecolo_320x420Menno et écolo: est-ce compatible ?

Dernièrement, notre Église a décidé de se joindre au projet Église verte, un regroupement d’Églises voulant témoigner de l’importance de prendre soin de la Création. Cette adhésion n’est pas sans soulever d’interrogations. Pourquoi voulons- nous, en tant qu’Église, nous joindre à ce projet collectif ? Sous quel angle abordons-nous les questions écologiques ? Quelle approche voulons-nous préconiser ? Voici quelques réponses à ces questions, et à d’autres.

Pourquoi voulez-vous vous joindre au projet Église Verte ?

Voici quelques raisons :

Par souci de pertinence et de crédibilité sociale. Le contexte actuel est sensible aux questions environnementales. Il est important, comme Église, de se synchroniser avec les préoccupations de la société.

Pour réintroduire un élément négligé de notre confession de foi (voir articles 3 et 15). L’idée de se soucier de la création de Dieu n’est pas une nouveauté théologique. Elle fait partie de notre déclaration de foi depuis bien longtemps.

Pour favoriser une intendance chrétienne globale qui inclut le mandat de Dieu pour la création. La foi chrétienne insiste sur la notion d’intendance. Or, celle-ci ne s’applique pas qu’à la gestion de nos biens, de nos ressources financières et de notre temps, elle inclut aussi la gestion des ressources de la Terre, don de Dieu à l’homme.

Parce que le projet Église verte nous semble être un véhicule approprié pour promouvoir nos valeurs en ce qui a trait à la Création.

Pour stimuler la réflexion écologique au sein des autres Églises et encourager celles-ci à se joindre et à participer au projet.

Parce que nous en avons l’opportunité et parce que c’est à notre portée. Nous ne pouvons pas tout faire, mais participer à ce projet est quelque chose de faisable et de réaliste pour nous.

 

Il existe différentes approches concernant l’environnement ? De quelle manière abordez-vous cette question ? 

Sur le plan théologique, notre approche se veut…

Centrée sur les implications de l’Évangile. L’Évangile est un message de réconciliation avec Dieu par Jésus-Christ. Or, ce message a des implications pour tous les domaines de la vie. Nous ne changeons pas de message, nous ne faisons que souligner l’une de ses implications. L’on peut comparer le tout à une belle marguerite. Si la réconciliation avec Dieu par Jésus-Christ en constitue le cœur, ses implications sociales, éthiques et écologiques en constituent ses pétales.

Centrée sur la particularité chrétienne. Nous ne tenons pas à répéter ce qui se dit ailleurs. Plutôt, notre discours écologique s’inscrit à l’intérieur d’un cadre de référence chrétien. Nous désirons porter un regard chrétien sur l’environnement tout comme nous portons un regard chrétien sur les problèmes sociaux, la pauvreté, la politique, etc. Autrement dit : qu’avons-nous à dire sur les questions environnementales en tant que chrétiens ?

Centrée sur une vision globale d’une vie de disciple. Être un disciple de Jésus-Christ, ce n’est pas juste faire son culte personnel, aller à l’Église et servir la communauté chrétienne, c’est aussi vivre la Seigneurie de Jésus-Christ sur tous les domaines de notre vie. Marcher sur les traces de Jésus-Christ nous interpellent sur tous nos choix de vie, incluant nos choix écologiques.

Ne craignez-vous pas certains dérapages ? Comment pensez-vous les éviter ?

Sur le plan pastoral, nous préconisons une approche qui se veut…

Non-extrémiste : nous sommes conscients de la complexité des enjeux. Tout n’est pas blanc ou noir. Nous voulons être réalistes dans nos actions. De plus, nous ne voulons pas nous associer à tout ce qui se fait dans le domaine de l’environnement. Nous conservons un sens critique et choisissons avec soin nos interventions.

Non-ingérante : cela ne fait pas partie de la culture de notre Église de surveiller la vie privée des gens. Nous prônons plutôt une approche collective. Il revient à chacun de se questionner sur ses pratiques écologiques. Nous voulons surtout mettre l’accent sur des actions communautaires : qu’est-ce qu’on fait en tant qu’Église pour démontrer notre souci de la Création de Dieu ?

Équilibrée : pour nous, l’écologie chrétienne demeure un aspect de la vie communautaire,  elle ne doit pas monopoliser tout le discours de l’Église ni solliciter tous ses efforts et ses ressources, aussi importante qu’elle soit. D’autres aspects sont également importants (ex. la célébration, la formation, l’évangélisation, etc.). La dimension écologique de la foi constitue une pétale de la marguerite, non la marguerite entière. Lorsque chaque chose demeure à sa place, l’Église peut beaucoup mieux fonctionner et réaliser sa mission.

Que faites-vous concrètement pour la Création ?

Déjà, plusieurs actions écologiques sont posées régulièrement à notre Église. Nous soulignons le dimanche du Jour de la Terre, nous prions occasionnellement pour la Création, nos programmes d’été pour les jeunes soulignent la beauté de la nature, nous appuyons, au besoin, des initiatives environnementales (p. ex. pétition), nous utilisons des bacs de recyclage ainsi que de la vaisselle durable, nous achetons du café équitable, nous avons prêté une partie de notre terrain vacant pour permettre la réalisation d’un jardin communautaire, etc. Des mesures concrètes ont été mises en place afin de constamment maintenir « vivant » cette dimension de la foi.

Le projet Église verte est un projet collectif auquel adhère plusieurs Églises chrétiennes de différentes confessions. Pourquoi est-il important pour vous de joindre vos efforts à ce projet ? 

Cette participation au projet Église verte a, pour nous, une portée symbolique. Elle indique une orientation théologique et pratique de notre Église. Elle reflète une intention, celle du désir d’intégrer une dimension écologique à notre foi. Mais l’important pour nous, c’est de prendre soin de la Création de Dieu, que nous participions à ce projet collectif ou non. Précisons aussi que notre Église est la première communauté évangélique du Québec à se joindre à se projet.

Stéphane Rhéaume, pasteur principal
(avec la collaboration de Danielle Lajeunesse)
Église chrétienne évangélique de St-Eustache

« Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l’étendue manifeste l’œuvre de ses mains » (Psaume 19.3).